Menu

Amadou Top, Directeur exécutif du Contant lance le Numérique pour tous

Le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), le Comité National de pilotage de la Transition de l’analogique vers le numérique (CONTAN) et l’Union Economique Ouest-Africaine (UEMOA) ont co-organisé l’atelier national sur la transition numérique présidé par le Premier Ministre du Sénégal, Madame Aminata Touré. La rencontre s’est tenue du 9 au 10 décembre 2013 à Dakar.

Ont pris part à l’atelier, les opérateurs de l’audiovisuel, de la télévision, des télécommunications, les organisations professionnelles, les associations de consommateurs, les organisations de régulation, les institutions entre autres opérateurs privés.

Monsieur Amadou Top, Directeur exécutif du Comité National de pilotage de la Transition de l’analogique vers le numérique (CONTAN) s’adressant aux participants dira :

Cette rencontre intervient quelques semaines seulement après que le Comité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique a été créé par décret de Monsieur le Président de la république pour prendre le relai du Comité National sur le Numérique (CNN), qui a mené une réflexion féconde sur les engagements pris par notre pays dans le cadre de l’accord global du GE06 et élaboré des recommandations pertinentes..

Notre mission consiste en quelque sorte à créer les conditions du respect de la date du 17 juin 2015 pour procéder au basculement de la télévision analogique vers le numérique, avec une période de quelques mois pendant laquelle nous aurons l’obligation d’opérer en simulcast , c'est-à-dire d’offrir l’accès de tous aux programmes de télévision existants en analogique, tout en procédant progressivement au passage à la télévision numérique, zone après zone.

Nous avons conscience de la lourdeur de la tâche au regard des délais limités dans lesquels nous devons situer notre action; cependant nous sommes confiants dans la capacité des femmes et des hommes désignés pour l’exécuter , mais surtout de l’immense réservoir de compétences dans tous les domaines disposées à accompagner le processus dans le cadre d’une alliance pour le développement du numérique qui sera le lieu de rencontre de toutes les volontés nationales pour donner corps au slogan "LE NUMERIQUE POUR TOUS".

Le Sénégal, en regard des avancées notées dans certains pays africains qui ont déjà opéré leur basculement, semble avoir pris un retard inhabituel sur la question centrale du développement du numérique et plus généralement de la société de l’information et du savoir. Mais d’une certaine manière, ce retard pourra nous être profitable dans la mesure où l’approfondissement de la réflexion et la prise en charge de la question au plus haut niveau de l’Etat, notamment par Monsieur le Président de la république et son gouvernement que dirige madame le Premier ministre ici présente, nous permettent d’intégrer dans notre démarche, l’exploitation des derniers développements intervenus en matière d’usages et d’avancées technologiques.

La conviction de nos autorités est faite que le passage de l’analogique au numérique n’est pas une simple question technique ou technologique. Il s’agit d’une opportunité qui se présente aux pays candidats à l’émergence comme le notre, d’intégrer la donnée essentielle de l’apport inestimable des technologies du numérique et des usages qu’elles induisent pour entrer de plein pied dans la société de l’information et éviter le piège de se retrouver une fois encore en spectateurs et consommateurs passifs de la mondialisation.

C’est en cela que la vision du chef d l’Etat d’utiliser le passage de l’analogique au numérique, en réutilisant une partie du dividende numérique qui en découlera pour développer à très grande échelle une offre de services diversifiée utilisant l’Internet à haut débit, prenant racine sur la dématérialisation des procédures de l’Etat et l’implication massive du secteur privé national, va nous permettre d’innover dans ce processus de passage de la télévision analogique au numérique.

Notre cahier de charge est clair. Il s’agit de créer le maximum de services à valeur ajoutée, de susciter la génération d’un grand nombre d’emplois qualifiés , de participer à la modernisation de l’Etat et à l’efficacité de son fonctionnement, d’aider à l’aménagement du territoire et d’accompagner les nouveautés en vue dans le cadre de l’acte 3 de la décentralisation, en un mot d’assister les Sénégalais à être des citoyens de leur temps.

Nous avons bien compris les sens des indications contenues dans le décret de création du CONTAN et, tous ensembles, avec la volonté d’inclure toutes les parties prenantes, nous ferons en sorte que le Sénégal retrouve une place de choix parmi les nations africaines soucieuses de progresser dans le sens de l’histoire contemporaine.

Source BaobabAfrique

















Retour en haut